Régates Royales 2020, à la hauteur des promesses !

29 octobre 2020

La 42e édition des Régates Royales

Le 26 septembre dernier se clôturait la 42e édition des Régates Royales. Une manifestation historique pour la Ville de Cannes, qui malgré le contexte sanitaire actuel a été à la hauteur de sa réputation.

Comme chaque année aux prémices de l’automne, la baie de Cannes et les îles de Lérins ont été l’écrin des Ré­gates Royales. Celles-ci regroupent les plus beaux yachts de tradition du monde. Pendant six jours, proprié­taires et régatiers passionnés de voi­liers de tradition, yachts classiques, Tofinou, 5.5 Metre, Star et Dragon se sont livrés à de belles joutes nautiques sous le signe de l’élégance et du fair-play, pour le plus grand plaisir des pas­sionnés.

Cannes, capitale du sport en plein air

Pour Patrice Mestre, directeur de la jeunesse et des sports de la ville de Cannes, la chose était entendue : « La manifestation des Régates Royales est un événement historique et pres­tigieux, qui cadre parfaitement avec notre concept de Cannes Capitale du sport en plein air. Il fallait donc tout faire pour que l’opération puisse se dé­rouler, en tenant compte évidemment des normes de sécurité sanitaires en vigueur. » La satisfaction est également de mise du côté du Yacht-Club de Cannes, qui a dû composer avec un contexte sani­taire compliqué cette année. « L’édi­tion 2020 a été particulière du fait de la pandémie, qui nous a amenés à supprimer toutes les festivités à terre ainsi que le Village » explique Jean-Pierre Champion, président du Yacht-Club de Cannes. « Nous avons reporté tous nos efforts sur l’eau. »

Un challenge de taille

Comment faire pour que ce ren­dez-vous ne soit pas annulé comme tant de manifestations cannoises ces derniers mois ? Serge Chepetkine, Maître de port, apporte un premier élé­ment de réponse : « Notre raison d’être est de savoir répondre à tous types de situa­tions. Je crois que c’est d’ailleurs cette réactivité et ce professionnalisme des équipes qui fait que le Vieux port de Cannes et ce qu’il est aujourd’hui. » Et de la réactivité, il en a fallu aux équipes portuaires. Par exemple, pour accueillir l’ensemble de la flotte sur les quais du port, il est nécessaire de déplacer une cinquantaine de navires mesu­rant chacun entre 30 et 40 mètres. Une tâche délicate et complexe qui nécessite une gestion du plan d’eau parfaite. Sauf que cette année, sur les 138 bateaux inscrits seuls 66 ont pu finalement participer en raison des mesures de quatorzaine prises par le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suisse et la Belgique, ce qui a remis en cause le plan de mouillage initial.

@Photographie Robin Christol